Rester global ! Flash marchés du 9 juillet 2024

Rester global !

La perspective d’une absence de majorité absolue en faveur du Rassemblement National à l’issue du deuxième tour des élections législatives en France a rassuré les investisseurs cette semaine et a permis au CAC 40 de s’apprécier de 2,6% tandis que le spread entre les 10 ans français et allemands se tassait nettement à 63 points de base contre 85 points de base au plus haut post premier tour.
Au Royaume-Uni, les travaillistes ont remporté très largement la majorité absolue à la Chambre des communes, en mettant fin à quatorze ans de pouvoir conservateur.
Aux USA, dans une semaine écourtée pour cause de fête nationale, les indices S&P 500 et Nasdaq ont atteint de nouveaux records. Les créations d’emploi pour juin ont été supérieures aux attentes des analystes mais une hausse du taux de chômage à 4,1% au plus haut depuis novembre 2021 et la révision à la baisse des chiffres d’avril et de mai ont relancé les espoirs de baisses des taux directeurs US.  Les taux à dix ans se sont détendus à 4,28% contre 4,37% à la fin de la semaine dernière.
Regain de confiance liée à la mise en place d’une potentielle coalition en France et anticipation d’une baisse des taux à venir aux USA, l’euro s’apprécie de 1,18% contre dollar sur la semaine.

Le prix du baril de pétrole a progressé pour la quatrième semaine consécutive avec un WTI à plus de 83 dollars vendredi, un chiffre principalement expliqué par la baisse des stocks de pétrole US.
Sur la semaine le CAC 40 rebondit de 2,6%, le S&P gagne 2% et le Nasdaq bondit de 3,5%.

USA
L’économie américaine a créé 206 000 emplois non agricoles en juin contre 218 000 en mai et 191000 attendus. A noter, le chiffre de 218 000 avait été revu à la baisse après une estimation initiale à 272 000 créations.
Le taux de chômage progresse à 4,1% contre 4% en mai tandis que les salaires moyens horaires enregistrent une progression de 0,3% sur le mois contre 0,4% le mois précédent. Un chiffre en ligne avec les attentes.

Europe
En Allemagne, les commandes industrielles ont baissé en mai pour le cinquième mois consécutif avec un repli de 1,6% ce mois-ci et alors que les analystes attendaient une baisse de 0,5%.

Asie
En Chine, l’indice PMI manufacturier Caixin progresse à 51,8 en juin contre 51,7 en mai et 51,5 attendu.

Sociétés
Pas de publication pour les valeurs de vos fonds cette semaine.

A venir
En France, les tractations pour former un gouvernement post deuxième tour des élections législatives, vont se poursuivre, avec une Assemblée nationale particulièrement fragmentée.
L’indice américain d’inflation CPI sera publié jeudi et confirmera ou non la stabilité enregistrée en mai. Avec la désinflation récente, le consensus prévoit dorénavant deux baisses des taux directeurs cette année, dont la première en septembre.
Le cycle de publications d’entreprises reprendra jeudi et vendredi avec Pepsico et JP Morgan aux USA pour les valeurs de vos fonds.
Nous maintenons nos allocations en l’état. Notre exposition internationale avec un biais croissance reste selon nous favorable, en illustration les bons parcours de nos fonds d’allocation Athymis Patrimoine et Athymis Global ainsi que nos fonds thématiques Athymis Industrie 4.0 et Athymis Millennial, des fonds dont la diversification nous paraît du reste louable a un moment où certains acteurs de la Tech atteignent des sommets en termes de valorisation.

Le CAC à la peine… Flash marchés du 1er juillet 2024

Le CAC à la peine…

Le CAC 40 a de nouveau souffert des incertitudes liées aux élections législatives et a terminé le semestre en territoire négatif depuis le début de l’année. Du côté des taux, le spread entre le taux à 10 ans français et allemand a culminé à 86 points de base vendredi contre moins de 50 points de base en moyenne avant la dissolution de l’Assemblée nationale, un niveau inégalé depuis 2012.
Aux USA, l’indice d’inflation PCE core, hors alimentation et énergie, indice favorisé par la Fed dans ses prises de décisions, est ressorti à 2,6% sur un an en mai, le niveau le plus bas sur 3 ans.
Le premier débat entre Joe Biden et Donald Trump a inquiété quant à l’état de santé du président Biden, poussant même plusieurs cadres et mécènes démocrates à demander un « ticket » alternatif.
A noter, le cours du yen japonais contre dollar a atteint un plus bas depuis 1986. Le yen s’est déprécié constamment depuis que la Banque du Japon a cessé sa politique de taux négatifs et abandonné le contrôle de la courbe des taux sur les obligations à dix ans en mars 2024.
Sur la semaine, le CAC 40 chute de 2%, le S&P 500 baisse de 0,1 % et le Nasdaq progresse de 0,2 %.

USA

L’indice d’inflation PCE ressort à 2,6% sur un an mai contre 2,7% en avril. L’indice reste inchangé sur le mois contre une hausse de 0,3% en avril. L’indice « core », hors alimentation et énergie, progresse de 2,6% sur un an et baisse de 0,1% sur le mois.
Les commandes de biens durables progressent de 0,1% en mai contre 0,2% en avril. Les économistes attendaient un repli de 0,5%.
Les ventes de logements neufs chutent de 11,3% à un niveau au plus bas depuis novembre.

Europe

Après deux trimestres consécutifs de contraction fin 2023, le PIB du Royaume-Uni progresse de 0,7% au premier trimestre, un chiffre revu en hausse de 0,1% par rapport aux premières estimations.

Asie

L’inflation au Japon ressort à 2,1% sur un an contre 2% attendus.

Sociétés

Micron Technology a publié des résultats financiers meilleurs que prévu. Les projections en ligne avec les attentes ont toutefois mené à une sanction du titre après un parcours il est vrai remarquable cette année. La performance a été principalement soutenue par une demande robuste pour les puces liées à l’IA. Les prévisions pour l’année fiscale 2024 restent optimistes, avec une croissance continue des data centers et une demande accrue pour les PC et smartphones équipés d’IA.

À venir

Les résultats du premier tour des législatives en France devraient continuer de générer de la volatilité avant la bataille finale du deuxième tour.
Les élections générales au Royaume-Uni, le 4 juillet prochain pour renouveler les 650 membres de la chambre des communes seront commentées même si le consensus attend une lourde défaite pour le parti conservateur en place.
La semaine prochaine sera réduite à 4 jours aux USA pour cause de fête nationale du 4 juillet jeudi. La semaine sera marquée par plusieurs statistiques économiques et la publication des dernières minutes de la Fed. Les statistiques mensuelles d’emploi américaines sortiront vendredi et seront commentées après la surprise des 272 000 créations de mai suivant les 165 000 créations d’avril. La hausse des salaires de mai avait aussi surpris.
Après un semestre dans l’ensemble très satisfaisant pour nos fonds, avec une mention spéciale pour nos fonds Athymis Inustrie 4.0, Athymis Millennial et, dans la catégorie des fonds d’allocations prudents Athymis Patrimoine, nous avons un peu allégé nos expositions en actions, restant prêts à prendre des positions sur des replis exagérés. Actualité politique des deux côtés de l’Atlantique et publications du deuxième trimestre vont créer de la volatilité, et donc des opportunités, en n’oubliant pas qu’une part significative de la hausse des marchés aux USA provient d’une poignée de valeurs de la tech principalement. Le stock-picking devrait donc reprendre sa place, surtout en cas de baisse des taux.

Incertitudes politiques… FLASH MARCHÉS DU 24 JUIN 2024

Incertitudes politiques…

Après une chute de plus de 6% après la dissolution de l’Assemblée nationale, le CAC 40 a rebondi de 1,7% cette semaine. De son côté le spread entre le 10 ans français et le 10 ans allemand est passé de 84 points de base au plus haut de la semaine dernière à 73 points de base ce vendredi. Il se situait autour de 50 points de base avant les élections européennes.
La banque centrale du Royaume-Uni a maintenu ses taux directeurs en l’état cette semaine à 5,25% tandis que la Banque centrale de suisse a de con côté baissé ses taux à 1,25%. Rappelons que la BCE a commencé l’inflexion de sa politique de taux le 6 juin dernier.
Aux Etats-Unis, les données économiques ont été contrastées. Les ventes de détail US sont ressorties sous les attentes en mai en hausse de 0,1% après un repli de 0,2% en avril. La hausse était de 0,9% en février et de 0,6% en mars. Les taux hypothécaires US pèsent sur le marché immobilier : les ventes de logements anciens baissent pour le troisième mois consécutif avec un repli de 0,7% en mai.  L’indice PMI composite US S&P Global est de son côté ressorti au plus haut sur 26 mois à 54,6 contre 53,5 attendus. L’indice laisse par ailleurs apparaître une baisse de la pression sur les prix.
Le cours du baril de pétrole progresse pour la deuxième semaine consécutive. Le baril de WTI progresse de 2,7% sur la semaine à plus de 80 dollars le baril. Rappelons que le WTI cotait moins de 73 dollars le 5 juin dernier.
Perspectives liées à l’essor de l’intelligence artificielle obligent, Nvidia est devenu ponctuellement mardi la première capitalisation mondiale cette semaine. Malgré des publications spectaculaires, la valorisation est selon nous tendue et le poids de la valeur dans les indices interroge, nous allégeons nos positions.

Sur la semaine, le CAC progresse de 1,7%, le S&P 500 progresse de 0,6% et le Nasdaq stagne.

USA

L’indice PMI composite S&P Global Flash US progresse à 54,6 en juin contre 54,5 en mai et 53,5 attendus. L’indice est au plus haut depuis avril 2022.
.
Europe

L’indice PMI composite HCOB de la zone euro se tasse en juin à 50,8 contre 52,2 en mai et 52,5 attendus.

Asie

En Chine, la production industrielle progresse de 5,6% sur un an en mai, contre 6,7% en avril et 6% attendus. Les ventes de détail progressent de 3,7% en mai contre 2,3% en avril et 3% attendus.

Sociétés

Pas de publication pour les valeurs de vos fonds cette semaine.

À venir

La semaine prochaine sera riche en statistiques économiques. L’indice d’inflation US PCE, favorisé par la Fed, sera notamment publié vendredi et très attendu. Rappelons que l’indice est ressorti à +2,7% en mars et avril contre +2,5% en janvier et février.
Le premier débat des présidentielles américaines opposant Joe Biden et Donald Trump aura lieu jeudi et sera très commenté. La dernière ligne droite avant le premier tour des élections législatives en France pourrait continuer de générer de l’inquiétude et donc une certaine volatilité sur les titres français. Nous surveillerons par ailleurs l’actualité géopolitique alors que la Russie et la Corée du Nord viennent de signer un pacte de défense mutuelle et que plusieurs fronts sont susceptibles de s’embraser.
Nous avons légèrement allégé notre exposition en actions dans nos fonds d’allocation Athymis Global et Athymis Patrimoine, dont le comportement nous semble par ailleurs très satisfaisant en cette première moitié de 2024. Le dernier cycle de publications d’entreprises a été satisfaisant et le scenario d’un atterrissage en douceur de l’économie globale avec une réelle désinflation reprend le dessus, un scénario que les incertitudes politiques semblent pouvoir faire dérailler. Nous n’hésiterons pas à nous réinvestir en cas de repli exagéré. Il est aussi bon de rappeler que la performance des indices est tirée par une poignée de « megacaps ». De nombreux titres sont bien loin de leurs plus hauts et présentent selon nous de belles opportunités de moyen terme.

Dissolution : inflexions ! FLASH MARCHÉS DU 17 JUIN 2024

Dissolution : inflexions !

C’est une semaine particulièrement difficile pour les actions françaises avec un CAC 40 en baisse de plus de 6% sur la semaine après les résultats des élections européennes et la dissolution de l’Assemblée nationale. L’écart de taux entre les taux français à 10 ans et leur équivalent allemand se tend et atteint 84 points de base vendredi contre 50 points de base avant les élections européennes. L’euro fléchit nettement, en baisse de 0,91% sur la semaine contre dollar. Les banques françaises (absentes de nos fonds) sont fortement impactées avec une Société Générale en chute de près de 15%, BNP Paribas en baisse de près de 12% et Crédit Agricole baisse de près de 11% sur la semaine.

Aux USA, les chiffres d’inflation US étaient très attendus. L’indice d’inflation US CPI est ressorti mercredi stable à 3,3% sur un an contre 3,4% attendus. Pour une septième fois consécutive, la Fed a maintenu ses taux directeurs en l’état lors de sa réunion mensuelle. Même si le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell a reconnu que les tous récents chiffres d’inflation étaient meilleurs qu’attendu, les dernières projections de la Fed n’ont laissé augurer qu’une baisse des taux cette année contre trois baisses anticipées lors de la récente réunion de mars.

Les indices américains S&P 500 et le Nasdaq ont connu de nouvelles séances de records, tirés par la Tech. Lors de sa conférence annuelle des développeurs, Apple a annoncé lundi l’intégration de solutions d’IA générative dans son environnement et un partenariat avec Open AI. Une innovation qui a séduit les investisseurs. Oracle, Broadcom et Adobe ont par ailleurs affiché des perspectives enthousiasmant les investisseurs.

Sur la semaine, le CAC 40 chute de 6,2%, le S&P 500 gagne 1,6% et le Nasdaq bondit de 3,3%. Le CAC 40 est dorénavant en territoire négatif pour 2024.

USA

L’indice d’inflation US CPI ressort stable à 3,3% sur un an contre 3,4% attendus.
L’indice de confiance du consommateur de l’université du Michigan chute à 65.6 en juin contre 69.1 en mai.

Europe

L’indice Sentix de confiance des investisseurs de la zone euro progresse pour le huitième mois consécutif en juin à 0,3 point contre -3,6 en mai et -1,8 attendu.

Asie

L’indice d’inflation CPI chinois progresse de 0,3% sur un an en mai, un chiffre stable et sous les 0,4% attendus.

Sociétés

Très belle semaine pour les publications des valeurs de vos fonds.
Oracle affiche des chiffres légèrement en dessous des attentes mais l’annonce de partenariats avec Google et OpenAI et des projections optimistes séduisent les investisseurs, le titre rebondit nettement à la publication.
Broadcom dépasse nettement les attentes notamment grâce à la forte demande pour les puces liées à l’intelligence artificielle et aux effets de l’acquisition de VMware en fin 2023. La société a également annoncé un fractionnement d’actions de 10 pour 1. Broadcom revoit ses projections à la hausse, le titre s’apprécie nettement jeudi.
Adobe a réalisé un chiffre d’affaires et un résultat au-dessus des attentes, en hausse de 10 % par rapport à l’année précédente. L’intégration de solutions d’intelligence artificielle dans son offre est à ce stade un succès, marquant un contraste par rapport à un secteur du logiciel plutôt à la peine. La société revoit ses prévisions à la hausse, le titre rebondit fortement vendredi.

À venir

La semaine à venir devrait marquer un retour au calme pour les valeurs françaises mais pourrait être impactée par l’évolution des sondages et propositions des blocs candidats aux législatives.
La semaine sera riche en statistiques économiques dont les ventes de détail US ou les PMI, permettant de jauger la vigueur de l’économie à un moment où les banques centrales cherchent cette difficile voie ciblant désinflation et atterrissage en douceur.
Nous surveillerons les réactions de la Chine après l’annonce cette semaine de la mise en place par l’Union européenne de taxes allant jusqu’à 38,1% sur les importations de véhicules électriques.
Nos fonds se comportent selon nous de façon satisfaisante dans un contexte complexe à appréhender. Nous avons légèrement allégé notre exposition aux valeurs européennes dans nos fonds sans pour autant céder à la panique. Dans notre fonds Athymis Trendsetters Europe, l’absence de banques ou de sociétés opérant des concessions permet au fonds de nettement surperformer en relatif. Notre exposition à la Tech US et notamment aux valeurs ayant récemment publié comme Adobe, Broadcom ou Oracle dans nos fonds internationaux est la bienvenue, qu’il s’agisse d’Athymis Millennial, Athymis Better Life ou Athymis Industrie 4.0 et ce alors que l’exposition USD est favorable.
Nous avons un peu de cash dans nos portefeuilles et n’hésiterons pas à nous repositionner sur des dossiers selon nous sur-sanctionnés.

Rester sereins… FLASH MARCHÉS DU 10 JUIN 2024

Rester sereins…

Comme attendu, la BCE a baissé ses taux directeurs jeudi de 25 points de base, une première depuis 2019. Il s’agit de la troisième banque centrale de premier plan à démarrer un cycle d’assouplissement de sa politique monétaire après la Banque nationale suisse en mars et la Banque du Canada mercredi.

Les taux à 10 ans US ont baissé au plus bas en 2 mois jeudi à 4,28% avant de rebondir avec la publication de chiffres d’emploi au-dessus des attentes à 4,43% vendredi. L’économie américaine a en effet créé 272 000 emplois en mai, un chiffre nettement au-dessus des attentes des économistes fixées à 185 000 créations.

Malgré l’annonce d’un programme de réduction de la production jusqu’à fin 2025, le prix du baril de pétrole (WTI) est passé cette semaine sous les 73 USD au plus bas sur 4 mois avant de rebondir sur les 75 dollars vendredi. Rappelons que le baril de WTI cotait près de 88 USD début avril.

Sur la semaine, le CAC 40 gagne 0,1%, le S&P progresse de 1,3% et le Nasdaq de 2,4%.
 
USA

L’économie américaine a créé 272 000 postes non agricoles en mai contre 185 000 attendus. Le taux de chômage s’établit à 4% contre 3,9% en avril. Les revenus moyens horaires progressent de 0,4% contre 0,2% en avril.
L’indice ISM des services rebondit à 53,8 en mai après 49,4 en avril, les économistes l’attendaient à 50,8.

Europe

L’indice PMI composite S&P Global de la zone euro progresse à 52,2 en mai contre 51,7 en avril au plus haut depuis mai 2023.

Asie

En Chine, l’indice PMI Caixin des services progresse à 54 en mai contre 52,5 en avril et 52,6 attendus.

Sociétés

CrowdStrike Holdings annonce des résultats supérieurs aux prévisions. Le chiffre d’affaires progresse de 33%. La société revoit à la hausse ses prévisions pour l’ensemble de l’année. Le titre doit rejoindre prochainement l’indice S&P 500 et progresse nettement en fin de semaine.

Semtech annonce jeudi un chiffre d’affaires et une marge bénéficiaire au-dessus des attentes, les projections sont dans l’ensemble au-dessus des attentes. Le changement inattendu de CEO vendredi pèse toutefois fortement sur le cours. Nous allégeons notre position.

À venir

Les résultats des élections européennes de ce dimanche seront très commentés et la dissolution de l’Assemblée Nationale en France devrait peser sur les cours des actions françaises et les taux longs, les marchés détestant les incertitudes.
La Fed se réunit cette semaine et, même si l’on n’attend pas de décisions de son côté cette semaine, ses projections sont très attendues. L’indice d’inflation US CPI sera aussi très attendu mercredi après les 3,4% publiés en avril.
À l’exception d’Oracle, Broadcom et Adobe, valeurs de nos fonds qui donneront de nouvelles indications sur les orientations du cloud/IA, peu de publications à attendre cette semaine. Les investisseurs suivront cependant la Worldwide developpers conférence d’Apple lundi et notamment les annonces du géant de Cupertino en matière d’intelligence artificielle.
Nous maintenons nos allocations en l’état. Nous nous réjouissons des performances de nos fonds d’allocation Athymis Global et Athymis Patrimoine dans un semestre aux performances contrastées pour les fonds diversifiés. Nous saisirons des opportunités sur des dossiers tractés par des tendances de long terme favorable en cas de regain de volatilité.

Respiration ? FLASH MARCHÉS DU 03 JUIN 2024

Respiration ?

La semaine, écourtée aux USA à quatre jours pour cause de Memorial day a connu un regain de volatilité. Après cinq semaines consécutives de hausse, l’indice S&P 500 s’est ainsi replié pour conclure un mois de mai pourtant porteur.

En milieu de semaine, une publication de chiffre d’affaires de Salesforce en dessous des attentes et une déception quant aux projections a entraîné l’ensemble des valeurs technologiques à la baisse.

Des cadres de la Fed se sont par ailleurs succédé cette semaine pour refroidir les anticipations de baisse des taux directeurs à court terme.
La progression de l’inflation dans la zone euro à 2,6% en mai contre 2,4% en avril ne devrait pas remettre en question une baisse des taux directeurs de 25 bps de la part de la BCE.

Vendredi, l’indice d’inflation US PCE « core », hors alimentation et énergie, indice favorisé par la Fed dans ses prises de décisions, est ressorti en hausse de 0,3% sur le mois et de 2,8% sur un an, des chiffres en ligne avec les attentes.

Signe de fébrilité, les tensions sur les taux se sont ravivées. Le 10 ans US se tend ponctuellement à plus de 4,64% mercredi avant de finir la semaine à 4,49%.
En fin de semaine la France a perdu sa notation AA Standard & Poor’s pour être notée AA-.
Sur la semaine, le CAC perd 1,3%, le S&P 500 se replie de 0,5% et le Nasdaq de 1,1%.

USA

L’indice d’inflation PCE progresse de 0,3% sur le mois et de 2,7% sur un an, une progression en ligne avec les attentes. Le PCE « core », hors alimentation et énergie, progresse de 0,2% en avril et de 2,8% sur un an, des chiffres en ligne avec les attentes.
Les revenus personnels progressent de 0,3% sur le mois, des chiffres en ligne avec les attentes. Les dépenses progressent de 0,2%.

Europe

L’inflation dans la zone euro progresse à 2,6% en mai contre 2,4% en avril et 2,5% attendus. L’inflation « core », hors énergie, alimentation, alcool et tabac progresse à 2,9% contre 2,7% en avril.

Asie

L’indice PMI manufacturier Caixin/S&P Global progresse à 51.7 en mai contre 51.4 en avril et 51,5 attendus. Il s’agit du niveau le plus haut depuis juin 2022.

Sociétés

Aux USA, publications au-dessus des attentes pour Cava, Costco, Dick’s Sporting Goods et Zscaler. Publication au-dessus des attentes pour Dell Technologies mais le titre chute lourdement vendredi après avoir présenté des perspectives en-dessous des attentes pour le trimestre en cours et indiqué une pression sur les marges liée à des dépenses plus élevées en infrastructures pour faire face à la demande dans le domaine de l’intelligence artificielle.
Publication décevante pour Salesforce, avec un résultat net au-dessus des attentes mais un CA et des projections en-dessous des attentes. Le cours dévisse nettement jeudi.

À venir

En Europe, l’événement le plus attendu est la réunion de la Banque centrale européenne. La BCE devrait baisser ses taux directeurs de 25 points de base cette semaine, le niveau cible d’inflation fixé à 2% se rapprochant. Les résultats des élections européennes du 9 juin seront aussi commentés.
Les données mensuelles de l’emploi US publiées vendredi seront suivies après la hausse du taux de chômage à 3,9% et la modération de la hausse des salaires enregistrés en avril.
Nous maintenons nos allocations en l’état. Cette semaine conclut un mois de mai relativement faste après la chute d’avril et valide notre choix de rester globalement investis. L’indice S&P 500 a progressé de près de 5% en mai, le NASDAQ a progressé de près de 7% tandis que le CAC 40 ne progressait que de 0,10%.  Rappelons que les publications ont surpris de manière favorable et que les baisses des taux sont devant nous. Même si certains compartiments de la cote déçoivent, notamment le logiciel cloud ces derniers jours, le rallye amorcé il y a quelques mois nous semble encore présenter un certain potentiel !